La lumière

This is something I wrote a while ago, but I still like it (after a while, I usually hate looking back at my old work). And, yes, it’s in French, sorry for those who won’t understand…

La lumière se rapprochait.

Il ne savait pas combien de temps s’était écoulé depuis qu’il l’avait aperçue pour la première fois. Alors minuscule, imperceptible, elle était maintenant nette.

Il avait peur. Il percevait de terribles grondements au loin et sentait le sol vibrer sous lui par intermittence, comme si un monstre s’apprêtait à émerger des enfers.

Il ne savait pas où il se trouvait et il n’arrivait pas à se rappeler depuis combien de temps il était cloîtré dans cet étrange prison, chaude et humide, inquiétante par son aspect trop familier. Comme s’il y avait passé toute son existence sans même s’en rendre compte.

Une fois de plus, ce qu’il craignait arriva. Les parois autours de lui se rapprochaient, le compressant, le faisant glisser plus près de la lumière. Il était comme aspiré par elle et l’idée de ce qui l’attendait au bout de chemin le terrorisait. Le tonnerre autour de lui était de plus en plus distinct. La fréquence des secousses ne cessait de croître. Il tentait de s’accrocher à quelque chose mais rien ne semblait pouvoir entraver sa terrible chute.

La lumière l’effleurait à présent, froide, agressive. Il voulait retourner dans sa prison, là où il faisait chaud.

Mais la lumière ne voulait pas le laisser partir, elle le saisit et l’attira vers elle. Il était perdu. L’entrave autour de ses jambes était trop puissante. Il lui était impossible de lutter. Il se trouvait à présent entouré par la lumière, à sa merci.

Les grondements avaient cessé.

A leur place, il n’y avait plus qu’un doux battement. Le froid avait également disparu, chassé par un souffle chaud et léger.

Sa peur s’était envolée. Il se sentait bien. Epuisé, il glissait lentement vers le sommeil.

Sous lui, le monde était devenu doux et soyeux.

Alors que la “Bataille pour Bagdad” se terminait et que la fureur des combats s’estompait, un petit Irakien goûtait pour la première fois au délice de s’endormir dans les bras de sa mère.

Sébastien Vanryckeghem

Advertisements

2 Responses to “La lumière”

  1. Fufu Says:

    Moi j’aime bien que ce soit écrit en français 🙂
    Et j’aime bien savoir que c’est mon grand frère qui a écrit ça !
    Bisous

  2. Dominique Says:

    Hi Sébastien,

    Toujours aussi discret. Non seulement, tu viens me voir en ‘stoemeling’ comme on dit chez nous au pays des frites et des caricolles mais en plus tu écris, et c’est que tu écris drôlement bien qui plus est. Petit cachotier va. Ca monte, ça croit en intensité puis la chute, ça vie quoi. Félicitation. Continue.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s


%d bloggers like this: